lundi 12 mai 2014

#Généathème : La Seconde Guerre Mondiale... 2


Dans la famille Achon, je vous présente Adolphe, né en juin 1909 à Lorlanges (Haute-Loire). C'est le second de la fratrie et l'aîné des garçons.




En 1930, il a été appelé sous les drapeaux et incorporé au 95° RI.
Il a effectué son service, sans histoire, et est rentré chez lui avec le grade de 1ère classe ainsi qu'un certificat de bonne conduite "accordé".






Le 2 septembre 1939, suite à la mobilisation générale, il a été incorporé au 52° T. Col. Engins. Ce régiment s'est inscrit dans la 102è Division d'Infanterie de Forteresse - 41° C.A - 9è Armée.

Le régiment a séjourné initialement en Alsace puis dans les Ardennes. Il est situé aux avant-postes avec mission de résistance à durée limitée (grande tête de pont ) :


 

Le régiment a été au contact de l'ennemi et a résisté victorieusement aux attaques jusqu'au 16 mai 1940 où il a été capturé par les troupes allemandes de Panzer Division :




C'est ainsi que Adolphe, comme beaucoup de ses camarades, a été arrêté dans la forêt de Signy l'Abbaye (Ardennes).
Prisonnier de guerre n° 30537, il a été déporté provisoirement au Stalag IV B à Mühlberg (là, où Gabriel, son frère a été prisonnier un an plus tard) avant d'être envoyé, en août 1940, au stalag IV C à Wistritz - Commando 375 :

 

Wistritz (aujourd'hui Bystrïce - République Tchèque) ) se situe au sud de Dresde, en Saxe, sur la frontière de l'ancienne Tchécoslovaquie.
Le camp était une ancienne fabrique de porcelaine désaffectée en plein centre de la ville.

En février 1945,  il a compté 26 300 prisonniers de différentes nationalités.

Là également, la lecture des comptes rendus de visite du CICR (Comité International de la Croix Rouge) rapportent que les prisonniers ont été relativement bien traités :
Le 30 janvier 1945, suite aux bombardements, une baraque est entièrement détruite. Les P.G n'ont plus rien.
Par raison d'économie, les P.G ne travaillent plus que 48 heures par semaine. Certains travaillent cependant 11 à 12 heures par jour à des travaux pénibles.
En  février 1945, on observe que les vivres et les médicaments manquent, la tuberculose est présente...

Le camp a été libéré par l'Armée Soviétique le 8 mai 1945. Adolphe a été rapatrié le 21 mai 1945 sous le contrôle de l'Armée Américaine.

Pour la petite histoire, Adolphe est rentré chez lui par la voie ferroviaire.
Arrivé à Arvant, la gare qui dessert son village, il a rencontré des voisins. Il leur a demandé d'aller prévenir, Adèle, sa mère, afin qu'elle ne soit pas choquée de le voir de retour après cinq longues années de captivité.

Comme Gabriel, Adolphe est demeuré discret et pudique sur ce qu'il a vécu pendant cette épreuve...

Puis la vie a continué... Adolphe a pris le commandement de la ferme et a travaillé la terre comme l'avait fait avant lui son père, son grand-père, et ses ancêtres...

Resté célibataire, il s'est éteint en mai 1977 dans la maison familiale en Auvergne.






Sources :
Fiche matricule militaire Adolphe Achon - A.D Haute-Loire
Extraits des rapports militaires sur la capitulation du 52° demi-brigade de mitrailleurs indigènes coloniaux pendant la campagne 39/45 - SHD Vincennes -
Comptes rendus du CICR  - SHD Caen - 22 P 2991
Carte prisonnier de guerre Adolphe Achon - CICR Genève
Carte des camps de prisonniers en Allemagne - site : www.witzgilles.com/Oflag-Stalags.JPG
Photo : collection personnelle











3 commentaires:

  1. Superbe geneatheme Evelyne ! Les informations que tu as trouvées sont vraiment impressionnantes !
    Un grand bravo ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que ce billet va être une source d'inspiration pour trouver des informations sur mon grand-père, prisonnier lui aussi, stalag XIII.

    RépondreSupprimer
  3. Mon arrière-grand-père a également été emprisonné durant la seconde guerre mondiale, mais je ne sais pas où ... Il est revenu assez longtemps après la fin de la guerre, si bien que mon arrière-grand-mère le croyait mort ... quel choc cela a dû être !

    RépondreSupprimer