mercredi 2 avril 2014

#Généathème : Avril, le mois des Ancêtres...

Lors d'un voyage imaginaire, je musardais dans la campagne.
 
 
Chemin faisant, je rencontrais un vieil homme, assis sur un banc de pierre :
 -Bonjour...
      -Bonjour, me répondit-il, l'œil malicieux... Que fais-tu ici ?
- Je suis à la recherche de mes ancêtres paternels ! Je participe au généathème organisé par Sophie de la Gazette des Ancêtres et je dois mettre en lumière un de mes aïeux.
Le vieux monsieur tressaillit ! Il me dévisagea...
Visiblement ému,  il me demanda de m'asseoir à coté de lui :
      - Je vais te raconter une histoire, dit-il doucement :


            Je suis arrivé au monde, le mercredi 8 janvier 1868 à 7:00 du matin

Nous sommes sous le Second Empire et Napoléon III est l'empereur des français depuis 15 ans. La France compte un peu plus de 38 millions d'habitants dont 70% sont des ruraux.
         
           Je suis le cadet de la famille. Ma sœur, Adeline, a 12 ans à ma naissance.
Mes parents Joseph & Adeline sont manouvriers, autant dire que nous sommes des gens pauvres mais fiers comme ceux d'ici.
Nous habitons le petit village de Samoussy au nord-est de Laon. Il est bordé par une immense forêt domaniale et des marais et abrite quelques 200 âmes.
On raconte que l'illustre Charlemagne y est né en 771.
Le village est constitué d'une vingtaine de maisons et de quatre grosses fermes qui exploitent les terres alentours et emploient les habitants.
Nous travaillons durement et nous gagnons notre vie chichement : en été, le salaire moyen est de 3 Frs pour les hommes, 2 Frs pour les femmes et de 1 Frs pour les enfants. L'hiver, les salaires sont inférieurs.
Pour subsister, nous nous nourrissons essentiellement de pommes de terre,  de soupe de légumes et de lard.
Les jours de fête, nous mangeons parfois de la viande.
Le dimanche, durant la belle saison, nous nous rencontrons entre voisins et nous organisons des jeux.
         
En 1870, j'ai deux ans...
 ... La France déclare la guerre à la Prusse ! Mais après la défaite des français à Sedan, l'ennemi envahit notre région.
Ce n'est pas la première fois, déjà en 1814, les prussiens ont occupé nos campagnes et ont tout dévasté.

Après cette guerre, un décret gouvernemental ordonne aux communes d'ériger des monuments pour commémorer les morts pour la patrie.
A l'école, j'ai appris à écrire, à lire et à compter. D'ailleurs, lors du recrutement militaire, l'armée indique que mon degré d'instruction est de niveau 3.
Au printemps 1877, Adeline ma sœur, met au monde un fruit défendu : une petite Jeanne Marthe.
Fort heureusement, en octobre de la même année, elle épouse le père de l'enfant : Joseph Victor MATHIEU, un jeune veuf.

Le 14 juillet 1880, nous célébrons pour la première fois la Fête nationale.
Nous jouissons de nouvelles libertés : les réunions publiques sont autorisées et la presse est libre de s'exprimer comme elle le souhaite.
Et Jules FERRY instaure l'école laïque, gratuite et obligatoire.

Le 8 mars 1889, j'ai 21 ans. Je mesure 1m72. Je suis brun et j'ai les yeux gris. Je m'engage comme volontaire dans l'armée pour cinq ans. J'intègre le 3ème Bataillon d'Artillerie de Forteresse.

Tandis qu'à Paris, un certain Eiffel construit une immense tour en fer pour la grande Exposition Universelle.

Puis, je passe dans la réserve en mars 1892 et j'entre dans le Bataillon d'artillerie à pied de Maubeuge. 
Démobilisé, j'épouse Alphonsine Octavie Wallon, le samedi 10 septembre 1892. C'est une jeune fille du village voisin , Athies-sous-Laon. Elle a 22 ans et elle est manouvrière. Nos parents et nos amis sont présents à la mairie de Samoussy.
Nous signons l'acte de mariage, excepté ma belle-mère et son frère qui ont déclaré ne pas savoir.
Sept mois plus tard, le 22 avril 1893, notre premier enfant vient au monde, un garçon que nous appelons Jules Alphonse. Trop fragile, il ne vit que 17 jours avant de rejoindre les anges.
Puis, le 14 juillet, pendant que le pays est en liesse... nous pleurons la disparition de ma sœur.
Un an après, le 19 juin 1894, Alphonsine accouche d'une petite fille : Elise Germaine. 
Cette même année, la France est secouée par une affaire d'état : un capitaine nommé Dreyfus est accusé de trahison au profit de l'Allemagne. Il est condamné à la dégradation et à la déportation à vie... La controverse divise le pays...!
Ici, la vie continue et au fil des années, entre 1895 et 1911, nous aurons 11 autres enfants, 4 garçons et 7 filles : Germaine, Julienne, Emilienne, Andréa, Marcelle, René, Ida, Jules, André, Michel et Alice.
Nous nous installons successivement à Athies-sous-Laon, à Samoussy puis à Gizy ; là où je trouve du travail car je suis également manouvrier et je dois travailler durement pour nourrir mes petits.
Pendant ce temps, une découverte bouleverse le monde...
Les frères Lumière inventent : le cinématographe ! C'est un énorme succès qui attire la foule...
 
Mais cela n'amadoue pas mon caractère, je suis querelleur. Par deux fois, je suis condamné pour coups et blessures volontaires par le Tribunal Correctionnel de Laon. La première fois, le 22 mai 1896, par défaut, à huit jours de prison et la seconde fois, le 2 mai 1903, à cinquante francs d'amende.
          Mon père s'éteint à 73 ans, le 29 décembre 1902, dans sa maison.

Il ne connaîtra pas les bouleversements émergents avec la naissance du XXe siècle : le pays s'industrialise néanmoins, dans nos campagnes, les choses évoluent plus lentement. D'ailleurs, certains d'entre nous vont chercher une vie meilleure dans des contrées lointaines comme l'Algérie.
La République est partisane de la laïcisation et vote, en 1905, la loi sur la séparation de l'Église et de l'Etat.

Et bientôt, des évènements internationaux vont mener l'Europe vers un cataclysme : l'assassinat d'un Archiduc et un jeu d'alliances nous oblige à entrer, de nouveau, en guerre.
En août 1914, plus de trois millions d'hommes sont mobilisés.
Le conflit est mondial !

Pendant quatre ans, notre région est occupée par l'ennemi.
Les tranchées, où les soldats se battent, ne sont qu'à quelques kilomètres à vol d'oiseau de nos habitations.
Nous, les civils, subissons les exactions, les privations et les vexations que les allemands nous infligent.

Cinq ans après la Première Guerre Mondiale, Alphonsine décède à l'Hôtel-Dieu de Laon, le 16 février 1923.
Tu sais, la guerre nous a traumatisés... Aujourd'hui, certains veulent tourner la page et retrouver l'insouciance d'avant.
Nous vivons les "Années Folles" !
On m'a raconté qu'à Paris, une jeune danseuse noire, Joséphine Baker, se produit dans un spectacle appelé "La Revue Nègre".   

Moi aussi, j'aspire à une certaine quiétude. Je me remarie avec Marie Elvire VANPUYVELDE, le samedi 7 juillet 1928 à 16:45 à la mairie d'Athies s/Laon... J'ai 60 ans et je ne veux pas finir ma vie, seul...
Pendant l'été 1936, le Front Populaire fait voter deux lois : la réduction du temps de travail hebdomadaire et l'octroie de deux semaines de congés payés.

Après une période de paix appréciable, la montée du fascisme en Europe, laisse à nouveau, planer le spectre d'un nouveau conflit... Le 3 septembre 1939, soutenus par le Royaume Uni, nous déclarons la guerre à l'Allemagne.
C'est la Seconde Guerre Mondiale !

Hélas, je ne verrai pas la fin des combats !
Pour moi, l'ultime moment est arrivé, je m'éteins le 6 janvier 1942 à 22:00 à mon domicile.
Ainsi, s'achève mon récit...
        

        Mais, je ne me suis pas présenté :

        Je m'appelle Jules André Marly. Je suis ton grand-père...



Signature de Jules André Marly





Sources : Acte de naissance de Jules : A.D Aisne : 5Mi0111(1863-1892) vue 33
                Acte de mariage de Jules & Octavie : Mairie de Samoussy
                Acte de décès de Jules : Mairie d'Athies S/Laon
                Fiche matricule militaire de Jules :A.D Aisne : 20R051 (1888) 
                Acte de mariage de Adeline & Joseph : Mairie de Samoussy
                Monographie de la commune de Samoussy : www.genealogie-aisne.com 
                Contexte - Thierry Sabot - Editions Thisa
                Bescherelle - Chronologie de l'Histoire de France - Hatier
                Images :
- Collection personnelle - Les carrières d'images aux Baux de Provence
- Carte de Cassini - BNF - http://www.gencom.org
- Construction de la tour Eiffel en 1888 - Gallica -BNF
- Affiche Cinématographe Lumière -Gallica - BNF







29 commentaires:

  1. Très bel article, tu places la barre haut !

    RépondreSupprimer
  2. Oula quel beau billet, ça va être difficile ce mois ci :)

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique Evelyne ! Quel beau billet !

    MERCI.

    RépondreSupprimer
  4. C'est décidé, je zappe le Geneatheme du mois d'Avril, la barre est trop haute !

    Blague à part, merveilleuse idée de rédaction. Bravo.

    RépondreSupprimer
  5. Quelques dates... et toute une histoire ! Merci pour ce beau portrait.

    RépondreSupprimer
  6. Excellent ! Beau travail que de replacer l'homme dans son contexte historique, ça le rend encore plus...vivant ! Je partage avec enthousiasme ! Bravo !
    Anne

    RépondreSupprimer
  7. Et bien, que de compliments... J'ai quitté le banc de pierre pour un petit nuage...
    Merci à vous tous !

    Maintenant, j'attends avec impatience vos billets ... ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Magnifique!!! Super billet! Bravo!!
    Très émouvant
    Merci

    RépondreSupprimer
  9. C'est un très beau récit :-) J'imagine que cela a dû te demander beaucoup de recherches, et le résultat final est très réussi ! Félicitations !
    Elise

    RépondreSupprimer
  10. Quelle belle et differente presentation de la vie de votre grand-pere! Ah, tout ce que j'apprends en lisant les blogs des genealogistes francais! Merci depuis le Texas.
    Annick

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Annick ! Je suis touchée d'être lue si loin et ravie que mon billet vous ait plu !

      Supprimer
  11. Encore merci Valérie et Elise ! Mon travail est récompensé et j'en suis heureuse.

    Pour répondre à Elise : Mon GP que je n'ai pas connu fait partie de ces "Invisibles" comme tu l'as si bien écrit dans ton billet. C'est pour cela que je l'ai replacé dans son contexte historique avec l'aide du Contexte de Thierry Sabot et du Bescherelle sur l'histoire si bien vanté par Lulu Sorcière en prenant les dates importantes de sa vie. Cela m'a permis de le mettre en lumière et de lui donner l'importance que tous les "Invisibles" devraient avoir !

    RépondreSupprimer
  12. Bravo Evelyne pour ce magnifique billet. J'avais presque l'impression d'entendre ton grand-père te parler...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Benoit pour ce beau compliment !

      Supprimer
  13. Oui, magnifique, c'est le mot qui convient. Tu fais très fort ce mois-ci, Evlyne. Encore bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Dominique ! Nos ancêtres nous inspirent...

      Supprimer
  14. Un billet très vivant et très inspirant. Tiens ! ça m'a donné une idée : je vais m'y mettre tout de suite !
    Continue Evelyne, et fait-nous rêver...
    Mélanie

    RépondreSupprimer
  15. Merci Mélanie. J'ai hâte de lire ton futur billet...

    RépondreSupprimer
  16. Félicitations, le mélange contexte historique - dialogue personnel est vraiment bien vu !
    L'approche est voisine de ce que j'ai commencé à rédiger pour des billets que je pensais publier dans quelques mois... mais en beaucoup mieux !...
    Qu'à cela ne tienne, ça m'a donné une idée pour ce mois... (on est bien là pour s'entraider...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Chantal ! On est là, aussi, pour se faire plaisir ! Je viens de découvrir votre blog... Bienvenue et au plaisir de vous lire !

      Supprimer
  17. Yvette Berlizon5 avril 2014 23:24

    Qu'il doit être heureux ce Grand Père, où qu'il se trouve, de voir que sa petite fille parle si bien de lui. Tu m'as émue avec ton récit, Merci Evelyne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui suis émue avec cette pluie de compliments !

      Supprimer
  18. Merci . Très bien écrit et contextualisé, bref très agréable à lire. Et c'est émouvant en même temps.
    Un article que je vais recommander!
    Cela t'a pris du temps j'imagine?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Benoit !
      L'inspiration était là... J'ai rédigé mon billet assez rapidement !

      Supprimer
  19. Après le revue, tu vas finir par faire un livre!

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour Evelyne,
    Trés original et agréable article , avec cette rencontre imaginaire .
    Je crois que je vais vous copier ;)
    Je suis arrivé sur votre blog par hasard, je me suis décidé a publier moi aussi, et je recherche la meilleure formule en terme d'hébergeur .
    La prise en main est elle rapide ?
    Bonne journée
    Alain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Alain,
      Je vous remercie d'avoir lu mon billet... Je suis ravie que cela vous donne des idées ;-)
      En ce qui concerne Blogger : son utilisation est très facile. Je ne peux que vous le recommander !
      Au plaisir de lire vos futurs billets !
      Bonne journée

      Supprimer
    2. Bonjour Evelyne ,
      je reviens sur votre très intéressante rencontre imaginaire avec votre aïeul ,qui m'inspire beaucoup pour essayer d'en faire une similaire sur le blog que je suis en train de créer.
      Pour le moment je teste différentes mises en pages.
      Je relève ceci :
      "Mais cela n'amadoue pas mon caractère, je suis querelleur. Par deux fois, je suis condamné pour coups et blessures volontaires par le Tribunal Correctionnel de Laon. La première fois, le 22 mai 1896, par défaut, à huit jours de prison et la seconde fois, le 2 mai 1903, à cinquante francs d'amende."
      Où avez vous recueilli ce genre de renseignements ?
      S'agit t-il d'archives en ligne ?
      Cela pourrait être trés interessant pour retracer le parcours de ce que j'appelle mes " aïeuls récalcitrants ", ceux dont on a la date et le lieu de naissance , puis qui disparaissent . J'ai 3 enfants d'un aïeul dans ce cas , alors que les 7 autres sont bien suivis .
      Merci
      Bien cordialement
      Alain

      Supprimer
    3. Bonsoir Alain,
      Les condamnations de mon G.P étaient annotées sur sa fiche matricule militaire.
      Vous trouverez ces archives, en ligne, sur le site des A.D concernant vos recherches.
      Pour plus de détail, il faut se déplacer aux A.D, notamment pour consulter les archives judiciaires.
      Bonne soirée
      Evelyne

      Supprimer